Ring de Koji Suzuki

Résumé:
« Ceux qui regardent ces images sont condamnés à mourir dans une semaine, exactement à la même heure.. .  »
Kazayuki Asakawa déglutit, les yeux rivés sur l’écran de télévision. Au fond de lui-même, il sait que c’est vrai, que ce n’est ni une plaisanterie, ni une menace en l’air.
Il sait que les quatre adolescents, dont sa propre nièce, qui ont regardé ensemble la cassette vidéo avant lui sont morts. Juste au même moment.
S’il veut survivre, il lui faut comprendre d’où vient cette cassette, le sens de ces images énigmatiques et inquiétantes, de cette malédiction absurde.
Et il ne lui reste plus que sept jours. Même moins de sept jours !

Je suis un grand fanatique de la célèbre trilogie d’épouvante japonaise Ring. Et découvrir le livre qui a inspiré ce chef-d’œuvre du cinéma japonais devait être pour moi une expérience enrichissante en tant que fan de la saga. Mais mon avis sur le roman reste tout de même bien différent de mon imagination.

Pour commencer, je dois dire que j’ai adoré l’histoire même de ce premier tome. Intriguant. Effrayant et surtout incroyablement frustrant. Le lecteur est directement plongé dans une histoire étrange et surtout très poignant d’un point de vue psychologique. L’histoire aurait pu être parfaite pour une personne qui n’ai pas goutée au plaisir même de la trilogie japonaise. Et je dois dire que regarder le film avant même de lire le livre a été une très mauvaise idée. Je n’ai retrouvé que quelques éléments du film comme le concept de cassette tueuse ou la célèbre scène du puits sous le chalet. Pourtant certains points essentiels comme la fille qui sort de la télévision, scène existentielle du cinéma d’épouvante n’ai absolument pas traitée dans le roman, point que je trouve dommage. Cependant, l’auteur nous offre une véritable réflexion sur le paranormal ainsi que les pouvoirs surnaturels et poussent le lecteur à méditer sur certains points du folklores japonais comme les croyances aux esprits notamment. Nous suivons de très près une intrigue relativement bien tissée mais qui reste incroyablement prévisible à l’issue de certaines scènes révélatrices. L’ambiance générale reste angoissante et oppressante avec une plume à la fois directe et fraîche mais qui reste parfois trop ancrée dans la description. Même si la mort prend une place omniprésente, nous sommes constamment oppressés par ce compte à rebours qui ne cesse de se manifester tout au long du roman. Un compte à rebours vers la mort. En tout cas l’histoire est tenu de manière intelligente et ne part pas dans une exagération même de l’horreur et du trash puisqu’il reste pas loin ancré dans la psychologie du lecteur.

« Debout sur le pont du bateau, il regarde les crêtes des vagues avec un air de condamné à mort sur le point d’être exécuté. Le dernier jour de l’échéance a fini par arriver. Il est dix heures du matin, donc il ne lui reste plus que dix heures. Depuis le moment où il a visionné la cassette dans le chalet il s’est passé une semaine. »

Pour continuer, je n’ai pas aimé les personnage au point d’entrer dans l’euphorie même, mais je dois dire que l’auteur partage avec nous des personnages très intéressant et réalistes. Personnage qui n’entrent pas en contraste avec l’ambiance même qui se dégage de ce roman.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Asakawa. Dans le fait premier qu’il s’agit du protagoniste même de l’histoire, je dois dire qu’il s’agit d’un personnage intéressant par le travail qui est apporté à son sujet. Et je trouve dommage le fait qu’il n’apparaisse pas dans le deuxième tome alors qu’il s’agit de la clé même de toute l’intrigue. Un homme gentil, intelligent, courageux et relativement curieux qui ne cesse de s’interroger sur différents points de la situation.

J’ai ensuite beaucoup aimé le personnage de Ryuji. Serte ce personnage entre directement dans la liste des personnages principaux. Mais je trouve ce personnage assez étrange dans le fait que je porte pour lui un jugement contradictoire à son sujet.Je l’aime bien en général mais certains points de sa personnalité m’exaspère.Il est intelligent mais cherche à montrer un surplus d’intelligence et un capacité de raisonnement philosophique assez indigeste.Un personnage aux opinions que je trouvent injustes. Et puis, il s’agit d’un homme au passé violeur !

J’ai enfin beaucoup aimé le personnage de la femme et de la fille de Asakawa. Elles entrent dans un cadre totalement secondaire et pourtant je ne peux que les aimer. Elles dégagent une certaine innocence, une certaine pureté face à la situation que je ne peux qu’apprécier.

Pour conclure, il s’agit d’un premier tome incroyable même si les correspondances entre lui et son adaptation cinématographique ne sont que très rares, ont retrouve tout de même une ambiance angoissante et oppressante sans entre dans une exagération même de la peur.Je ne l’ai pas trouvé spécialement effrayant mais je dois dire qu’il s’agit ici d’un roman entre thriller et épouvante qui reste intéressant sur le plan psychologique des personnages et à leur perception d’une mort prochaine. Un ouvrage plein de mystère et de rebondissement que vous ne pouvez qu’aimer !

 • • • • •
Ma note: 4/5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s