Plus de morts que de vivants de Guillaume Guéraud

Résumé:

heures du matin, vendredi 17 février, dernier jour de cours avant les vacances d’hiver pour les 647 élèves du collège Rosa Parks. Certains ont les traits fatigués ou les intestins en vrac parce que la grippe ou la gastro ne les a pas épargnés. Mais faut croire que tous ont déjà la tête en vacances et qu’ils considèrent cette journée comme une simple formalité.

Sauf que le portail du collège qui se ferme sur eux n’est pas prêt de rouvrir. Un nez saigne, une touffe de cheveux tombe, de minuscules boutons apparaissent sur un bras. Personne ne s’inquiète de ces détails alarmants. Tous ignorent qu’un virus fulgurant se fraye un chemin dans les couloirs du collège en infectant les cellules de leurs organismes. Bientôt, ils vomiront du sang, ils perdront leurs dents… Qui en sortira vivant ?

Je sais pertinemment qu’Halloween est passé, et que l’ambiance crépusculaire qui pesait depuis quelques semaines vient de laisser place au froid et feuilles qui tombent, mais voilà un petit roman jeunesse qui malgré sa simplicité reste une perle française de violence et d’oppression.

Tout d’abord parlons de l’histoire. Je dois dire que la première chose qui m’ait réellement surpris dans cette lecture est peut-être la violence presque extrême qui plane dans ce roman jeunesse. En effet, un virus inconnu qui tue dans des conditions plus qu’extrêmes les élèves d’un collège mis en quarantaine, reste plus dans l’esprit de REC ou 20 jours plus tard (sans les zombies je tiens à préciser =3) qu’un livre dédié aux enfants. Mais pour ne point vous mentir, c’est ces descriptions poussées à un réalisme presque insoutenable qui rend cette lecture particulièrement captivante.

De plus, l’histoire démarre rapidement. Voilà qu’au bout d’une petite vingtaine de pages, le lecteur se voit entraîné dans une intrigue à la fois complexe et captivante et dans un rythme qui ne cesse de s’accélérer et ainsi gagner en violence. Plus le nombre de pages tournées augmente et plus le rythme en devient effréné. Une progression rapide dans une histoire faite de sang, perte de membres et autres explosions sanglantes qui plongera ainsi que le lecteur dans une soif de vérité quant à la nature de ce virus.

Mais cette histoire qui aurait pu être utopique cache derrière ces points plutôt positifs n’est ce pas, un aspect beaucoup plus sombre… La plume de l’auteur. Alors oui de part sa simplicité, l’auteur a une plume fluide qui se lie facilement et donc reste beaucoup plus digeste pour de jeunes lecteurs. Cependant, le style bien que simpliste reste beaucoup trop familier et ainsi, la présence d’insultes reste tout de même importante quand il s’agit de dialogue d’élèves. De quoi donner une mauvaise image de la jeunesse française, et ça c’est dommage !

Lila regrettait parfois l’école primaire. Plus proche. Plus petite. Plus calme. Les élèves du collège lui faisaient penser à un troupeau de gorets.
Se méfier surtout des 4èmes. Qui faisaient constamment les malins. Qui méprisaient les 6èmes et les 5èmes. Qui se prenaient pour des grands. Pas encore aussi grands que les 3èmes. Mais bien plus excités et bien plus cons.
Les 3èmes marmonnaient entre eux la plupart du temps. Les 4èmes ne marmonnaient pas. Les 4èmes gueulaient-meuglaient-beuglaient en permanence. « Mytho ! » « Suce ma bite ! » « Ta mère ! » « Je te défonce ! » Les mecs de 4ème se traitaient de « grosse pute ! » entre eux et ça les faisait marrer.

Pour continuer, parlons des personnages. Je dois dire que malgré l’aspect plutôt barbare que l’auteur donne aux élèves de ce collège, il est important de noter, qu’il en donne un aspect plutôt réaliste. Car vous vous doutez bien que la mentalité (presque général car il y a toujours des perles d’exception) vole comme un oiseau qui vient de s’éclater contre le bitume, et insultes et comportement de chipie y sont monnaies courantes. C’est pour ça que j’insiste sur l’aspect réaliste des personnages.

Au cours de cette lecture, nous découvrons des personnalités totalement différentes ainsi qu’une hiérarchie assez réaliste et semblable à mes expériences personnelles. Par exemple, le personnage de Lila que j’ai beaucoup. Je crois que c’est sa fragilité et sa pureté du jeune âge qui m’a le plus attendri. Je suis d’une nature très protectrice (surtout avec mes sœurs =p) et il est vrai que ma première volonté durant cette lecture était la survie de ce personnage.

Pour conclure, il s’agit d’un bon roman jeunesse que je déconseillerais cependant aux âmes sensibles. Une histoire captivante et originale qui malgré la plume parfois vulgaire de l’auteur reste entraînante de part son rythme toujours effréné et ses personnages réalistes. Un roman qui m’a donné envie de me plonger de plus près dans la bibliographie de Guillaume Guéraud.

4 Replies to “Plus de morts que de vivants de Guillaume Guéraud”

  1. Mais dit donc c’est que ça m’a l’air hyper bien ce bouquin ! Encore une fois, je ne te remercie pas vu que ma wishlist va encore augmenter…tu veux que j’atteigne les 600 livres dans ma wishlist c’est ça ? J’aurais jamais assez de toute une vie pour les acheter et les lire x'( Tu pourrais faire un effort tout de même…xD
    Bref, comme toujours un article super méga génial ! Je ne connais pas la plume de l’auteur que tu nous présentes, mais en tous cas ton écriture je l’adore ! (je ne sais absolument pas si cette phrase était française mais bon je pense que tu as compris le message xD) Au fait petite question, comptes partager certains de tes écrits sur ton blog ? (je veux dire des romans ou nouvelles tu vois le genre) Je pense que ça pourrait être super cool mais après c’est toi qui vois ! 🙂
    Pleins de bisous ! ❤ (et fais pas gaffe aux fautes…flemme quand tu nous tiens xD)

    Aimé par 1 personne

    1. Hey fidèle lectrice ! Comme si ton commentaire n’était pas prévisible ! 😜 Écoute je suis là pour faire grossir ta wishlist car je suis un être démoniaque ! 😈 La plume de l’auteur est tout à fait abordable si tu souhaites lire une lecture agréable et rapide ! 😉 Quelle belle idée je m’y mets tout de suite 😍

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s